Les moteurs de recherche alternatifs

 In General

Bien que cela puisse paraître paradoxal sur le blog d’une agence de référencement basée à Saint-étienne, cet article va parler de la façon d’arrêter d’utiliser Google, ou au moins de réduire notre dépendance à ce moteur de recherche.
La raison en est qu’il existe au moins une douzaine de moteurs de recherche alternatifs qui méritent d’être connus, notamment par les professionnels du référencement naturel, mais pas seulement.

Si vous demandez à quelqu’un d’arrêter complètement d’utiliser Google, vous pouvez être quasiment certain qu’il refusera (et même si on me pose la question, je refuserai probablement aussi).
Le but de cet article sera donc beaucoup plus modeste.
Nous allons tenter de voir trois occasions pour lesquelles nous pouvons reléguer Google au second plan.

Voici donc 3 occasions pour lesquelles vous pourrez vous passer de Google :

  • Utiliser d’autres moteurs de recherche et ressources d’information, au moins dans les recherches importantes ou les missions critiques, au lieu de se fier exclusivement à Google. C’est la solution : “autre(s) moteur(s) de recherche que Google”.
    Nous n’arrêtons pas ainsi d’utiliser Google, mais nous ne nous limitons pas à Google.
  • Utiliser un autre moteur de recherche si Google ne pouvait pas résoudre le problème, au lieu de jeter l’éponge. C’est la solution (elle ressemble beaucoup à la précédente, mais c’est quelque chose de différent) : “insistez auprès d’un autre moteur de recherche quand Google nous laisse tomber”. Nous n’arrêtons pas d’utiliser Google, mais s’il échoue, nous ajoutons d’autres ressources au lieu de donner la recherche comme impossible.
  • Choisir un autre moteur de recherche comme première option, au moins lorsque le sujet ou les caractéristiques de la recherche l’exigent, au lieu de penser que, pour toute recherche, la première option est toujours Google. C’est la solution : “démarrer directement avec un autre moteur de recherche”. Sans préjudice de l’utilisation, ou non, de Google par la suite.

Comme nous pouvons le voir, les trois options peuvent (ou non) inclure Google, ce qui nous permet de penser à une quatrième option qui consisterait à ne pas utiliser Google. Cependant, il ne s’agit pas de cesser d’utiliser Google, mais d’arrêter d’utiliser un seul moteur de recherche, quel qu’il soit. Si vous préférez “ne pas mettre tous les œufs dans le même panier”.

Voyons donc maintenant quelques moteurs de recherche alternatifs que vous pourrez utiliser en lieu et place de Google.

Les moteurs de recherche généralistes

Selon un certain consensus, informel mais facile à détecter en passant en revue les publications les plus importantes sur le sujet, à l’heure actuelle, les meilleures alternatives à Google sont celles présentées ci-dessous (l’ordre que je leur donne est purement subjectif).

BING

Le moteur de recherche de Microsoft a un profil presque identique à celui de Google, essayant simplement de vous évincer de votre position de numéro un ou du moins d’arracher autant de parts de marché que vous le pouvez.

Cette recherche de ressemblance à tout prix est à la fois votre meilleur et votre pire atout. Vouloir ressembler à Google en tout est difficile à surpasser. D’autre part, c’est certainement le moteur de recherche qui a le plus de possibilités de le remplacer comme système d’information de référence à l’échelle internationale car il apporte presque tout ce que Google apporte.

Cependant, il se distingue surtout dans la recherche d’images, non seulement par leur pertinence, mais aussi par les options de sa page de résultats. Il en va de même pour la recherche vidéo, une dimension dans laquelle elle offre des fonctionnalités exclusives.

En conclusion, c’est un moteur de recherche de haute qualité qui peut être utilisé sans problème à la place de Google ou au moins en complément.

Son principal inconvénient est qu’il ne dispose pas d’un formulaire de recherche avancée, bien qu’il permette l’utilisation d’opérateurs de recherche experts, y compris des opérateurs booléens. Il lui manque également un système d’alerte. C’est dommage, car avec ces deux ajouts, ce serait sans doute un outil presque parfait pour bon nombre de personnes.

DuckDuckGo

Sous son nom rigolo, DuckDuckGo a de nombreux atouts dans sa manche. Il a été le premier à ne pas suivre les données des utilisateurs. C’est-à-dire, contrairement à Bing ou Google, les utilisateurs ne sont pas le produit, car il n’a pas l’intention de conserver des données de nos activités de recherche.

Certains pensent qu’un jour ce moteur de recherche dépassera Google de sa première place mais je ne serais pas aussi confiant car la valeur ajoutée est certes positive mais trop infime pour justifier de prendre la première place à Google.

Les tests semblent donner de bons résultats, c’est-à-dire des résultats pertinents en général pour presque toutes les recherches. Il s’agit donc d’un moteur de recherche qui semble avoir atteint un bon niveau de fiabilité. Cependant, sa page de résultats n’est pas aussi fonctionnellement enrichie que celle des deux “grands” : Google et Bing.

Ils ont un blog intéressant sur la vie privée et les moteurs de recherche, que nous recommandons à ceux qui s’intéressent à ces sujets : spreadprivacy.com.

Le fait est que Bing et DuckDuckGo sont les deux principaux moteurs de recherche alternatifs à Google si l’on regarde les moteurs de recherche du type généraliste. Ce sont les deux premiers à être pris en compte par quelqu’un qui décide de varier son choix de moteurs de recherche.

ASK

Le moteur de recherche et la société qui le gère ont le même nom. À l’époque, c’était l’un des moteurs de recherche alternatifs à Google les plus en vue, avec un profil différencié et très visible, tant dans l’interface de recherche que sur la page de résultats. Il est devenu particulièrement innovant, mais la vague de minimalisme des moteurs de recherche a mis un terme à tout cela.

Actuellement, il semble avoir été enclin à ne pas se démarquer dans quelque chose de spécial, sauf pour l’extrême minimalisme dans le design, quelque chose qui est presque toujours apprécié sur Internet, mais dans son cas, cela semble excessif. La pertinence de ses résultats semble s’être améliorée récemment. Pendant des années il a semblé être condamné à la fermeture, mais comme il est devenu un moteur de recherche de premier plan, nous continuons à garder un oeil sur lui pour voir si dans l’avenir, il arrive finalement à tirer son épingle du jeu.

Comme nous avons pu le voir le nombre de moteurs de recherche alternatif est assez limité, mais malgré tout permet d’offrir des alternatives que qualité à Google.

Les moteurs de recherche spécialisés

Microsoft Academic

C’est un fait connu de tous, Microsoft est très engagé dans la recherche académique, surtout de l’autre côté de l’Atlantique.
Vous ne pouvez pas comprendre pourquoi ça ne s’appelle pas Bing Academic, mais c’est comme ça. C’est une énième tentative de cette entreprise pour concurrencer Google également dans ce secteur.

Après plusieurs transformations et changements de nom, il a réalisé son propre modèle différencié de Google Scholar avec un design plus attractif et quelques solutions et contributions originales qui portent de bons espoirs.

Pour l’instant, il contient moins d’informations que Google Academic, mais il vaut la peine de lui donner une chance, entre autres, car parfois moins d’informations signifie aussi moins de bruit. Nous méritons un peu de concurrence dans ce domaine.

Science Direct

Même si il ne leur ressemble pas trop d’un point du design et de l’interface, cette solution est assez similaire aux deux précédentes. Ce site est proposé par la plus grande maison d’édition scientifique du monde, Elsevier.

Il est similaire à Scholar parce qu’il donne accès au contenu académique, mais il diffère en ce qu’il n’indexe que le contenu de l’éditeur lui-même (et bien qu’il s’agisse de plus de 13 millions d’articles, il est loin du total offert par Scholar) et se concentre sur les sciences expérimentales et technologiques.

Wolfram Alpha

Il ne s’agit pas d’un système de recherche d’informations comme les précédents, mais d’un système de réponses. La différence est facile à expliquer : au lieu de proposer des documents, elle nous donne des réponses directes, même si cela est difficile à comprendre.

Pour ce faire, le mieux est de jouer avec les exemples qui nous sont proposés, et cela va sûrement vous surprendre.

Essayez, par exemple, ceux de la Culture et des Médias. Effectuez certaines des recherches qui suggèrent à titre d’exemple pour comprendre l’utilisation de ce moteur de recherche.

Une fois que vous avez exploré ce qu’il a à offrir, nous pouvons à nouveau expliquer la différence, maintenant d’une autre manière : dans un système de recherche, nous avons des documents comme réponses (pages Web) à une question ; dans un système de réponses, nous avons la réponse, c’est-à-dire les informations ou données nécessaires, directement (pas le document qui le contient supposément).

TinEye

Il permet les recherches inverses, d’où l’expression de recherche inversée. Cela signifie qu’à partir d’une image nous trouvons des images similaires. Pour une raison ou une autre, cela s’appelle une recherche inverse (au lieu de mots pour rechercher des images, nous utilisons des images : on devrait l’appeler une recherche directe).

D’une certaine actualité dans le monde du journalisme pour ses possibilités de vérification d’images (Google permet aussi une option similaire, mais nous sommes censés parler d’alternatives).

Si nous prenons une image qui est apparue sur un réseau social (pour le moins) à propos d’un événement récent, nous pouvons faire une recherche inverse et nous assurer qu’une telle image ne correspond pas réellement à un autre événement et n’a rien à voir avec celui-ci.

Conclusion

Il est important pour un internaute, tant pour des raisons d’efficacité que de responsabilité sociale, de connaître les principaux moteurs de recherche alternatifs à Google. En général, pour avoir une vision globale sur un sujet, ce n’est pas une bonne idée d’abandonner la monoculture de l’information.

Pensez donc à ne pas utiliser seulement Google et ouvrez vous à de nouveaux horizons !

Recent Posts
balise canonicalnom de domaine sans tiret