Comment optimiser ses images pour les moteurs de recherche ?

 In Tutoriel

Si il parait qu’une image vaut mieux que mille mots, malheureusement, pour Google, cette heure n’est pas encore arrivée, et pour l’instant mieux vaut mille mots qu’une image, même si petit à petit, il tend à mieux les comprendre.

Des images à la bonne taille

Vous venez d’acheter le dernier appareil photo reflex à la mode, réalisant de magnifiques photos, et vous en profitez pour les envoyer sur votre site.
Belle erreur ! En effet, votre appareil photo réalise probablement des photos très grandes (souvent plus de 4000 pixels de large), or votre site n’a absolument pas besoin de photos aussi grandes (à quelques très rares exceptions).

Veillez donc à redimensionner vos images pour qu’elles soient à la bonne taille. Pour cela il existe des logiciels tels que Photoshop par exemple, mais aussi des services gratuits en ligne.

Une image avec des dimensions réduites sera plus légère et donc plus rapide à afficher. C’est d’ailleurs le point que nous allons aborder.

Des images légères

Aujourd’hui, même si les accès à internet se font de plus en plus rapides (que ce soit avec l’arrivée de la fibre ou la démocratisation du haut débit sur les smartphones), la vitesse d’un site reste un facteur important, que ce soit pour les internautes ou pour Google (qui prend ce facteur en compte dans son algorithme).

Mieux vaut donc optimiser son image pour en réduire le poids (sans pour autant nuire à sa qualité).

Il existe plusieurs solutions pour cela. Tout d’abord, si vous êtes sous WordPress, vous pourrez utiliser des plugin comme Imagify qui se chargent d’optimiser à la volée les images que vous allez uploader.

Si vous n’utilisez pas WordPress, vous pouvez utiliser le site TinyPNG qui permet d’optimiser gratuitement ces images en réduisant le poids des images (souvent vous allez diviser par deux voir plus le poids de vos images sans en altérer la qualité).

Des images qui ont un sens

Utiliser des images c’est bien. Mais qu’elles parlent aussi bien à l’internaute qu’à Google, c’est mieux.

Il faut donc veiller à choisir des images qui ont un lien avec le texte dont vous parlez.
Ainsi si vous réaliser un texte sur des voitures, mettez plutôt une voiture en guise d’illustration qu’un petit chat, aussi mignon soit-il.

De son côté, Google comprend encore mal les images, il faut donc l’aider.

Vous devrez ainsi renseigner le texte alternatif des images. Plus connu sous le nom de “balise alt”, ce texte permet à Google (mais aussi aux personnes souffrant de troubles visuels ou de cécité) de comprendre de quoi traite l’image.

Recent Posts
densité de mots-cléserreur-404